« Le texte que vous écrivez doit me donner la preuve qu’il me désire.

Cette preuve existe : c’est l’écriture.

L’écriture est ceci, la science des jouissances du langage, son kâmasûtra.

De cette science, il n’y a qu’un traité : l’écriture elle-même. »

 

 Roland Barthes, Le Plaisir du texte

 

« Ecrire ne conduit qu’à écrire ».

 

Colette, La Fanal Bleu, 1949

 

 

 

Des touches, des esquisses au crayon qui effleurent... Racontent les mots et les espaces,… Des récits distendus et fragmentés, la vibration des phrases qui s’entrechoquent et se croisent, se collent et se décollent… Parfois, j’aime rendre compte de nos pointillés de pensées, car la pensée est pour moi, comme un courant alternatif, et l’écriture finalement aussi… Ecriture comme des instantanées de visages et de morceaux de vies, rencontrées, quelques secondes, quelques minutes,… Ecriture comme un poème entendu et qui me parle. Ecriture comme une mémoire en travail,… une musique… Du rythme des phrases qui rencontrent le rêve de mes paysages…

 


Cahier du Jour 3 - Septembre 2004
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Pascale-Toussaint-Porte